Exposition : Coluche investit l’Hôtel de Ville

27 Octobre 2016

Durant les décennies 70 et 80, il a déclenché les éclats de rire des Français, avant de les émouvoir, puis de les rendre inconsolables un jour de juin 1986...Lui , c'était Coluche,l'homme à la salopette rayée, aux lunettes cerclées, au nez rouge, à l'humour décapant...et aux multiples casquettes. Homme de music hall, de radio, acteur, candidat furtif à l'élection présidentielle, initiateur des restos du coeur, motard, il a endossé toutes les panoplies dans le tourbillon d'une existence furtive mais intense. Si vous êtes vieux, enfin heu pardon...si vous faites partie de la catégorie des seniors, peut-être étiez-vous scotchés devant Canal Plus le 19 juin 1986 vers 19h...Vous n'aurez donc pas oublié les larmes en direct de Michel Denisot, la voix chevrotante de Maryse et Philippe Gildas...Stupéfaits et absourdis, ils venaient d'apprendre la mort de Coluche. Aujourd'hui, la mairie de Paris a décidé de lui rendre hommage avec une exposition gratuite à l'Hôtel de ville de Paris . Alors, ok...vous allez me dire « et la Province ? »...Hé bien figurez vous qu'il est fort probable qu'après le 7 janvier 2017, date de la fin de l'évènement, cette exposition se balade pour un petit tour de France dans les grandes villes…Tout le monde pourra ainsi découvrir ou redécouvrir ce personnage avec une rétrospective de sa vie au travers d'objets, de photos, de souvenirs...

Fabienne Bilal, commissaire de cette exposition a eu la gentillesse de recevoir Backstage pour quelques confidences…


Comment avez-vous obtenu ce rôle de commissaire de l'exposition Coluche ?

J'étais une amie proche de Coluche, je l'ai connu en 1972. Je l'ai vu démarrer, puis éclore. Avec Véronique, la mère de ses enfants, nous avions envie de le faire découvrir aux jeunes générations qui le connaissent peu ou pas du tout..Mais nous tenions aussi à proposer à ceux qui l'ont apprécié, connu, et suivi, une vraie exposition qui parlerait de son parcours, sa carrière, ses passions…


Une exposition a un côté très académique et un peu suranné, ça ne colle pas trop au personnage, non ?

C'est certain ! Cela l'aurait fait rire et il s'en serait moqué...C'est assez contradictoire..J'aurais préféré le terme carte blanche, ou une accroche du type « Coluche s'exhibe » car cela lui aurait mieux correspondu...mais on a résumé l'événement par le mot exposition.


Comment avez vous agencé cette exposition ?

Nous avions deux solutions : l'ordre chronologique ou thématique. Le premier était absurde et infaisable car il faisait tellement de choses qu'on se serait perdus dans toutes les directions. Il est devenu célèbre en 1974, avec son spectacle du café de la gare, et il est mort en 1986. Ce qui veut dire que sa carrière a duré seulement 12 ans. Et en 12 ans, il a eu plusieurs vies différentes. Nous avons donc opté pour une organisation par thèmes. On commence par la fin avec la moto car certes, il est mort dessus, mais c'était  sa grande passion, il adorait ça, c'était ancré en lui. C'est une passion qui le représente bien car il avait le goût du risque et  une audace sans limites. Il faisait des concours de vitesse  très dangereux. Et curieusement, lorsqu'il est mort, il roulait à 55 km à l'heure. L'exposition se termine par l'enfance, où  l'on peut découvrir son univers modeste et simple.


Quel souvenir vous gardez de lui ?

C'était un homme avec une intelligence hors norme et une très forte personnalité. Il avait un esprit grégaire car il ne pouvait pas vivre sans les gens et sans une bande. Tout le temps entouré, il était très généreux en amitié. Mais bien sûr il pouvait être odieux et caractériel ou désagréable. 
Toutefois, il était capable de s'excuser s'il allait très loin. Et comme il était d'un tempérament excessif, il était capable d'essayer de se faire pardonner en offrant des cadeaux démesurés.

De nombreux medias lui ont consacré des documentaires à l'occasion des 30 ans sa mort, on a beaucoup parlé de son côté clown triste, sombre. Vous qui l'avez bien connu, qu'en pensez vous ?

Une bonne fois pour toutes, je voudrais faire une mise au point. L'image du clown triste est véhiculée par un journaliste qui travaille pour un grand quotidien. Or ce monsieur n'a jamais rencontré Coluche. Il ne le connaissait pas, ne l'a jamais croisé, et n'a sorti son livre qu'après sa mort. Je ne comprends pas pourquoi il persiste à faire circuler cette idée fausse. Moi je l'ai connu au quotidien, il est longtemps venu déjeuner chez moi tous les jours. Ce n'était pas quelqu'un de triste au contraire. Sinon si le côté sombre évoqué par les medias se rapporte à la drogue, oui, il a tout essayé parce que c'était quelqu'un qui dévorait la vie, qui allait jusqu'au bout des choses. Au moment où il s'est rendu compte qu'il se foutait en l'air avec la drogue, il a arrêté, car je le répète, il avait une intelligence hors norme.


Quels mots résument Coluche ?

Touchant, élégant et excessif..
Quelles sont les réactions des premiers visiteurs ?
Je suis frappée par l'émotion que ressentent ceux qui l'ont connu et aimé, qui ont été bercés par ces sketches, qui les connaissent par coeur. On sent qu'il a laissé une empreinte indélébile dans le coeur des Français, qu'il a un côté artiste unique. Beaucoup de gens me demandent si je peux imaginer ce qu'il penserait du monde d'aujourd'hui, de la politique, ou des réseaux sociaux. Je suis incapable de répondre ! Le monde a tellement changé. Aujourd'hui il auraiteu 72 ans. Peut-être aurait il tout envoyer balader !

Quel est le destin de cette exposition après le 7 janvier ?

J'espère sincèrement la faire voyager en Province, mais aussi en Suisse, au Canada, et en Belgique. Il se moquait tout le temps d'eux, mais les Belges l'adoraient ! Oui je serais heureuse qu'un maximum de gens en France et au-delà puisse retrouver Coluche...



Infos pratiques

Coluche. Du 6 octobre 2016 au 7 janvier 2017, salle Saint-Jean, Hôtel de Ville, 5 rue de Lobau (4e). Ouvert de 10h à 18h30 / Tous les jours sauf dimanches et jours fériés, dernière entrée à 17h30. Gratuit.

Page 3 sur 5